Conseil d’état – Tribunal administratif de Marseille

Le futur Tribunal Administratif de Marseille sera le dernier ouvrage complétant la renaissance du quartier de la Major, après le Mucem, les Voûtes et le boulevard du Littoral.

Perspective du tribunal de la Major

Situé entre l’avenue Robert Schuman et la rue Mazenod, le bâtiment, ancien établissement de la Compagnie Générale Transatlantique, présente une architecture de pierres de taille, de briques et de ferronneries, caractéristiques de l’architecture du XXème siècle.

Détails architecturaux de la façade

A l’intérieur, une immense verrière à l’ossature de métal confère une solennité au lieu, et procure un éclairage naturel zénithal important sur la cour centrale.

Intérieur du bâtiment, verrière et niveau ouvert

Le Conseil d’Etat souhaite rénover cet immeuble monumental aujourd’hui délabré afin de créer une institution majeure de la République.

L’objectif de la mission d’Aide à Maitrise d’Ouvrage qui nous a été confiée était de s’assurer que les futurs locaux du tribunal administratif disposeront d’un confort et d’une performance visuels satisfaisants, compte tenu des contraintes structurelles du bâtiment.

Dans un premier temps, nous avons réalisé une étude théorique de facteur du jour pour déterminer les zones d’accès privilégiés à la lumière naturelle, amendée à la suite d’une visite sur site.

Vues panoramiques en mode quadrillage et réaliste de l’environnement urbain du tribunal

Perspectives simulées des façades

Perspectives intérieures

Ces modélisations, aussi précises que possibles, ont permis de calculer et d’afficher les facteurs de lumière du jour, appelés aussi FLJ. Des mesures sur site ont permis de valider les facteurs de lumière du jour en situation réelle, un jour de ciel couvert. 

Représentation des facteurs de lumière de jour au R+2

Dans un deuxième temps, nous avons rédigé des préconisations sur les moyens de maximiser l’apport de lumière naturelle, et d’assurer un maximum de confort visuel en son absence. Ces préconisations portaient, entre autres, sur la surface conseillée des baies vitrées, les coefficients de transmissions des vitrages, les coefficients de réflexion des parois etc. Des zones sans ou avec peu d’accès à l’éclairage naturel ont pu être identifiées. Nous avons recommandé au Conseil d’Etat d’être particulièrement scrupuleux sur le choix, le dimensionnement et l’implantation du matériel d’éclairage artificiel.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire


@Genilum - 2019 | Mentions légales